Reiki : Souffle de Vie
 
Sauvez la planète à chaque clic !

Reiki Do Accueil
Quelques mots de bienvenue
Introduction et présentation générale du Reiki Usui
La descente de l'eau céleste
Repères historiques du Reiki
Inscription de la stèle commémorative d'Usui Sensei
Présentation du Reiki
par Mikao Usui Sensei
Les Cinq Préceptes du Reiki
Meiji Tenno Gyosei : les
poèmes de l'Empereur Meiji
Komyo Reiki :
le Reiki de la Claire-Lumière
La dimension spirituelle
du Reiki
Descriptif des stages et des différentes formations
Dates, lieux de stages & soirées d'échanges
La méditation :
voie de guérison, voie d'éveil
L'essence du Reiki : zazen shikantaza/mokusho zen
Les chakras,
centre de conscience et d'énergie
Les différentes positions de base et leurs effets
Réflexions, articles, interviews
Belles pages, beaux textes...
pour garder l'inspiration !

(m-à-j régulière de cette page)
Les livres de référence (découvrez un nouvel ouvrage !)
À propos de l'auteur
Contacts et coordonnées
Reiki et dérives sectaires

Urwn Paris 2005

Page de liens
Sites amis
Bannière d'échange Reikido
Annuaires 1
Annuaires 2

Reiki et dérives sectaires

Reiki, sectes et dérives sectaires

Veuillez voir aussi cette page d'avertissement.

« Attention, la médecine a beaucoup à apprendre des médecines parallèles. Elle gagnerait à plus de modestie et à davantage d’écoute. Même si leur efficacité n’est pas toujours prouvée, les médecines parallèles peuvent donner de l’espoir. Il est scientifiquement établi aujourd’hui que la force morale et la volonté du patient jouent un rôle important dans la lutte contre la maladie. Mais il faut être extrêmement vigilant : les médecines parallèles sont parfois perpendiculaires lorsqu’elles excluent la médecine allopathique », a souligné le Docteur Régis Aubry, responsable des soins palliatifs du C.H.U. Besançon, lors d'un compte-rendu d'une conférence du CCMM - Centre Contre les Manipulations Mentales - sur les "médecines parallèles".


Dans la discussion actuelle au sujet des sectes, il est parfois aussi question des médecines douces et alternatives, souvent d’une façon polémique et peu différenciée. Une analyse objective de l’enseignement et de la pratique du Reiki démontre que cette méthode ne correspond à aucun des critères qui sont généralement appliqués pour définir une secte. Les plus importants de ces critères sont :

1. L’exclusivité : les adeptes doivent adhérer à un système de croyances qui est présenté comme la vérité absolue.

2. L’autorité : les adeptes doivent se soumettre à l’autorité d’un gourou, d’une hiérarchie ou d’une organisation.

3. Le contrôle : l’organisation contrôle le mode de vie des adeptes, par exemple, leurs relations, leurs activités, l’alimentation, etc.

4. L’engagement : les adeptes doivent fournir des contributions financières régulières, travailler et militer pour l’organisation.

Point par point, qu’en est-il en ce qui concerne le Reiki ?

1. Le Reiki n’est pas une religion ou un système de pensée, mais une méthode naturelle au service de la vie. Sa pratique est indépendante de toute croyance ou appartenance religieuse : chaque pratiquant est libre de croire, penser et dire ce qu’il veut et de suivre ses propres convictions.

2. Le Reiki n’a pas d’autorité centralisée et n’est pas structuré sous la forme d’une organisation. Il n’y a personne qui revendique le statut d’autorité suprême ou unique. Les enseignants du Reiki sont indépendants et ne fonctionnent pas comme guides spirituels, mais simplement comme praticiens expérimentés de la méthode qu’ils transmettent.

3. La liberté personnelle des pratiquants du Reiki, leur style de vie et leurs relations familiales sont respectés et entièrement laissés à la propre responsabilité de chaque individu.

4. En dehors du prix des stages de formation, comparable à ceux de formations équivalentes, massages et autres thérapies corporelles par exemple, aucune contribution en espèces ou sous forme de travail et aucun autre engagement personnel n’est demandé aux pratiquants de Reiki.

R. Gaensslen

On n’a pas à croire ou ne pas croire à une thérapeutique.
On en constate ou non les heureux effets.

Proverbe Chinois

 

Gare à l'amalgame entre spiritualité et sectes !

L'épanouissement d'une spiritualité individuelle, en dehors des institutions religieuses, favorise aussi la prolifération des sectes qui tentent de récupérer ces aspirations à des fins mercantiles et de pouvoir. Du fait de ces scories, l'amalgame est fréquent entre des offres de spiritualité un peu anarchiques - méditation orientale, développement personnel, nouvelles thérapies, groupes de prière, mouvance New Age - et les dérives sectaires. La plupart des groupes et des réseaux de cette nébuleuse psycho-mysticoésotérique ont des présupposés généreux, quelquefois brouillons mais sans dangers.

Pour que chacun puisse exercer son discernement face un groupe, un prétendu thérapeute ou un maître spirituel, voici quelques critères simples à vérifier :

• Pressions pour obtenir des contributions financières.
• Intolérance du groupe qui prétend posséder l'unique vérité.

• Culte inconditionnel du leader.

Garder à l'esprit qu'un thérapeute ou un maître authentique cherche à rendre l'individu plus autonome. Une personnalité sectaire tente de le rendre de plus en plus dépendant de sa personne et n'hésite pas à jouer sur le registre de la culpabilité.

Jean-Louis Servan-Schreiber

 

L'UNADFI ("L'Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu") fait le point sur le Reiki :

Y a-t-il des dérives possibles ?
Étant une technique, le Reiki ne peut pas désigner un groupe sectaire comme certains le pensent et l’affirment. Seulement, dans certains cas, selon de nombreux témoignages, sa pratique peut s’avérer dangereuse : le Reiki peut être l’objet d’utilisation abusive, détournée de sa visée thérapeutique et récupérée à des fins de mise sous influence et de mise sous dépendance durable par certains groupes.

Ce que nous en pensons :
Il est à noter que certains effets, décrits ci-dessus, ne sont autres que ceux rapportés par les usagers et guérisseurs de chez nous.
Il faut s’interroger sur l’école de formation du maître Reiki qui initie, distinguer les pratiques sérieuses et enrichissantes des pratiques manipulatoires et, s’il s’agit d’un groupe, s’informer sur celui-ci et son fondateur.

 

Voici en complément un extrait du rapport fait au nom de la Commission d'enquête sur les sectes (22 décembre 1995) où l'on voit clairement que la pratique du Reiki ne répond pas aux critères habituels qui définissent une "secte" :

Parmi les indices permettant de supposer l'éventuelle réalité de soupçons conduisant à qualifier de secte un mouvement se présentant comme religieux, elle a retenu, faisant siens les critères utilisés par les Renseignements généraux dans les analyses du phénomène sectaire auxquelles procède ce service et qui ont été portées à la connaissance de la Commission :


- la déstabilisation mentale ;
- le caractère exorbitant des exigences financières ;
- la rupture induite avec l'environnement d'origine ;
- les atteintes à l'intégrité physique ;
- l'embrigadement des enfants ;
- le discours plus ou moins anti-social;
- les troubles à l'ordre public ;
- l'importance des démêlés judiciaires ;
- l'éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;
- les tentatives d'infiltration des pouvoirs publics.

En conclusion : La méthode du Reiki n'est, en elle-même, reliée à aucun mouvement sectaire. Il se peut, cependant, que certaines sectes l'aient intégré dans leurs approches, ou que certains enseignants s'identifient au rôle de gourou, donnant ainsi une image dévalorisante à cet art ancestral japonais. Nous ne sommes donc pas à l'abri des nombreuses dérives toujours possibles.
En tant que formateur, je dois sûrement être fiché aux Renseignements généraux, au même titre que les professeurs de yoga, d'arts martiaux, de qi gong, de sophrologie, de programmation neuro-linguistique, etc. Il n'y a donc rien d'inquiétant ni d'anormal à cela, si ce n'est même souhaitable.
Je tiens principalement à offrir, et ce depuis maintenant vingt années d'enseignement du Reiki, un espace respectueux, éthique, des croyances et des valeurs de chaque stagiaire, ainsi que de sa liberté. Je pense être reconnu et respecté pour cela.

(Pour comparaison, sachez qu'aux U.S.A, le Reiki est reconnu en tant que système spirituel et il est protégé, au même titre que d'autres pratiques religieuses, par le Premier Amendement de la Constitution des États-Unis d'Amérique.)

 

Extrait de mon llivre Reiki - Ouvrir le coeur, Éveiller l'esprit, paru aux Éditions du Rocher :

Le Reiki, sa légalité et les sectes

Question : La pratique du Reiki de façon professionnelle est-elle légale en France ? Peut-on exercer sans pour autant être suspecté d’appartenir à une secte ?

Réponse : Du moment que vous êtes légalement déclaré, inscrit à l’URSSAF, que vous payez vos impôts et que vous ne vous substituez pas au rôle du médecin, vous avez le droit de pratiquer et d’exercer le Reiki, notamment dans le cadre d’une profession libérale.
D’autre part, selon les articles 18 et 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, "toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit."

"Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes." (Article 12)

Afin de donner une reconnaissance officielle au Reiki, notamment auprès de certaines caisses complémentaires d’assurance maladie, et d’éviter l’amalgame avec les sectes, certaines associations ont été créées. L’une d’elle, le CERT, tente maintenant de regrouper la majorité des enseignants traditionnels de Reiki francophones. L’adhésion y est rigoureuse, et le choix des inscriptions, sélectif.

Question : Que répondre alors à ceux qui disent que le Reiki est une secte ? Comment leur donner confiance et leur montrer que nous sommes libres et non sous le joug d’un conditionnement ou d’une appartenance à un groupuscule occulte ?

Réponse : Ce serait bon qu'ils aient une expérience personnelle du Reiki. Maintenant, je comprends et partage tout à fait les inquiétudes de certains. Vous pouvez soit ne rien leur dire et ne rentrer ainsi dans aucune polémique inutile, soit leur expliquer le contexte des origines du Reiki, sa méthodologie, le travail que l’on fait sur soi, et la non-appartenance à un groupe, quelqu’il soit. Mais il faut être prudent et il est inutile d’entrer dans trop de détails. Pratiquez le Reiki, offrez leur un soin, cela vaut tous les discours. Dans mes stages, je dis parfois que je ne cherche ni à convaincre, ni à convertir, encore moins à séduire. J’explique aussi que le Reiki ne consiste pas simplement en des mots mais que c’est une expérience intérieure, une expérience de silence qui débouche sur la connaissance de soi et qui développe la compréhension de sa vraie nature. C’est, en quelque sorte, apprendre à se connaître soi-même. Le Reiki stimule le potentiel d’énergie-compassion contenu en chacun.

Un jour, le père d’une jeune femme majeure me téléphona, m'exhortant de ne plus chercher à joindre sa fille, ni à lui envoyer de documentation (elle avait en effet reçu une lettre de ma part contenant un dépliant de présentation et les dates de mes stages, en réponse à sa demande de renseignements). J’ai tenté de dialoguer avec cet homme mais il était particulièrement fermé, et a fini, à court d’arguments, par me raccrocher au nez. Je lui ai donc écrit quelques mots d’explication, car je trouvais ridicule d’en rester là, et s’il n’avait pas pris le temps de m’écouter, au moins prendrait-il le temps de me lire. Voici en substance ce que je lui ai dit :

Voici une lettre que j’espère rassurante et explicative, pour faire suite à votre regrettable conversation lors de l’appel téléphonique de ce jour.
Je dois vous dire que je partage votre inquiétude, et que je ne cherchais nullement à vous convaincre. Mais je me dois aussi de clarifier pour faire face à vos doutes.
J’espère que vous serez apaisé et que vous saurez garder une certaine ouverture. Sachez aussi que, quelles que soient vos pensées, vos croyances et votre foi, je les respecte toutes.
Vous êtes apparemment un bon père pour votre fille et, face à la même situation, j’aurais réagi de même pour mes propres enfants. Cependant, ne cédez pas à l’appréhension et ne privez pas votre enfant (qui est de plus majeure), de recevoir quelque chose qui sera sûrement très important pour elle et pour l’évolution de sa vie.
Conseillez-la, parlez avec elle de vos doutes, de vos craintes, mais laissez-la décider par elle-même, et laissez-la, surtout, autonome dans ses choix. Ce sera, je pense, la meilleure aide que vous pourriez lui offrir. Témoignez-lui votre confiance et votre compréhension, mais ne lui imposez pas vos propres peurs.
Si elle décidait de suivre cette formation en Reiki, sachez que cela ne lui prendra que quelques jours en tout ! Je ne vois pas ici l’ombre d’un conditionnement, ou l’affiliation à un organisme douteux, voire une secte... Mais j’en conviens, actuellement, il est parfois difficile d’y voir clair et je partage vos inquiétudes.

Pour la petite histoire, cette jeune adulte est quand même venue participer à un stage. Elle a aussi déménagé, et elle est devenue complètement autonome depuis. Je n’ai plus eu de nouvelles de son père qui est resté néanmoins sur ses doutes concernant le Reiki.
Le problème des “sectes” est lié à un phénomène de peurs. Les médias y sont pour beaucoup, et plutôt que de rendre la bonne information, les journalistes préfèrent parfois jouer sur l’émotionnel et le sensationnel. Encore une fois, plus que convaincre, il faut rassurer, en prenant soin de ne pas chercher à imposer ses propres convictions ni aller à l’encontre des opinions des autres. C’est cela qui est le plus important. Il nous faut persuader par l’exemple, par l’attitude, non par les mots seuls... si tant qu'il fasse chercher à persuader !"

À méditer : Peut-être se cache-t-il de nombreux gourous dans les parents que nous sommes...

 


Allégations de Sectarisme

Dérives sectaires" n’a aucune définition légale :
« Nous n’avons pas de définition, ni d’une secte, ni d’une dérive sectaire »
M. Fenech (ex-président de la Miviludes)

Comme pour toute pratique spirituelle reposant sur une relation de maître à élève, dans laquelle l'argent n'est pas absent (loin de là), on est en droit de se poser la question de savoir si le Reiki serait une secte, ou s'il existe des cas de dérives, et si ces cas sont significatifs.
Voici ce qu'en disent certaines sources "autorisées" :

- En 1995, la commission parlementaire ne fait aucune mention du Reiki, et ne le classe donc pas parmi les sectes.
- L' "Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu" (UNADFI) ne classe pas non plus, à ce jour, le Reiki parmi les sectes. Voici un extrait de son site internet :

"Étant une technique, le Reiki ne peut pas désigner un groupe sectaire comme certains le pensent et l’affirment. Seulement, dans certains cas, selon de nombreux témoignages, sa pratique peut s’avérer dangereuse : le Reiki peut être l’objet d’utilisation abusive, détournée de sa visée thérapeutique et récupérée à des fins de mise sous influence et de mise sous dépendance durable par certains groupes."

- En 1999, le rapport de la Commission d'enquête de l'Assemblée Nationale sur les sectes fait état d'un certain groupe sectaire, "reconverti dans la formation professionnelle", et utilisant des formations sous intitulé de "Reiki". Cela ne permet pas d'accuser le Reiki d'être une secte, mais donne un exemple d'utilisation de formations en Reiki par une secte avérée.

En tout état de cause, le Reiki est une "technique" enseignée dans des stages moyennant finances. Les stages sont généralement de 3 "degrés", et ont des coûts assez homogènes sur ce marché : de 120 à 180 euros pour le premier degré, de 150 à 400 euros pour le deuxième degré. En fonction des maîtres, ou enseignants, le troisième degré permet de devenir enseignant à son tour. Son coût peut être alors assez élevé, jusqu'à plusieurs milliers d'euros. De ce point de vue, le "Reiki" ne peut donc être "une secte", puisqu'il est dispensé par des maitres n'ayant généralement que peu de liens entre eux, voire éventuellement se faisant concurrence.
Les montants en jeu ne sont donc pas anodins. Cependant, ce qui en ferait une secte du point de vue financier, pour la Commission, serait "le caractère exorbitant des exigences financières". Pour les deux premiers degrés, les coûts ne sont pas réellement exorbitants : en moyenne 300 euros pour le deuxième degré, pour un stage de deux journées de week-end, cela correspond aux coûts de la formation professionnelle. Le troisième degré est largement plus onéreux. Mais à ce jour, aucune source n'indique le caractère d'exigence des dépenses. Au contraire, le troisième degré permet de "se lancer", et de devenir maitre à son tour, et ainsi de s'affranchir de sa relation avec son maitre actuel, ce qui va contre le fonctionnement habituel d'une secte. Il n'y a pas non plus trace de dérives en organisations "pyramidales", puisque le troisième degré n'implique pas de reverser une partie de ses bénéfices à son maitre.
L'UNADFI n'a reçu aucune plainte d'ex-adeptes forcés ou manipulés mentalement. L'incitation à participer aux stages est à l'heure actuelle assimilable à de la publicité. Les anciens stagiaires continuent généralement de recevoir, de la part de leur maitre, des "offres" de stages pour les degrés supérieurs (au moins le deuxième).
Le Reiki est donc dispensé dans la grande majorité des cas, au titre de la formation professionnelle, par des maitres exerçants en profession libérale, et de façon indépendante. Si les dérives sont possibles, et sont même parfois notées comme ci-dessus, elles ne permettent pas de placer le Reiki ou la grande majorité de ses maitres et adeptes parmi les sectes. En réalité, le paysage du Reiki est des plus divers: de la formation professionnelle tournée vers un bénéfice supposé immédiat pour l'élève et dispensée par des maitres croyant ou pas en leur "produit", à des démarches plus spirituelles liées au "new-age" ou au bouddhisme ésotérique.
---> Comme le note l'UNADFI sur son site internet, il convient de se renseigner sur "l'école" du maitre et sur sa "réputation", avant d'entreprendre toute démarche avec lui. Il existe par ailleurs une bibliographie assez importante en grandes surfaces spécialisées, ce qui dénote d'ailleurs d'une certaine transparence et qui permet de se renseigner avant toute démarche.

Source : wikipedia.org

Suite à l'émission "Enquête exclusive" du 10/05/2009 diffusée sur M6, voici la réflexion d'un élève :

"C'est avec une grande inquiétude que je t'écris. Je viens de visionner sur internet le magazine diffusé dimanche soir dont le thème était les nouveaux gourous et charlatans. Le Reiki tient une place importante dans ce reportage.
Loin de moi l'idée de penser que nous sommes les uniques détenteurs d'une quelconque vérité (car je suis sûr que les journalistes ont tourné ce reportage à charge, exploitant les lieux communs, les stéréotypes) mais je me demande sérieusement s'il ne serait pas nécessaire de demander un droit de réponse tant les praticiens du Reiki sont non seulement infantilisés (présentés comme des doux dingues crédules et irresponsables) mais, et c'est plus grave, assimiliés systématiquement à des rabatteurs pour sectes, des personnes dangereuses exploitant l
a crédibilité et la faiblesse des malades et des souffrants.

Ce qui me fait le plus peur, c'est que le représentant des instances étatiques chargées de la lutte contre les sectes annonce clairement que des mesures sont en train d'être mises en place, relayées par les médecins, les psychologues, pour recenser les praticiens... En tant que fonctionnaire, et pompier de surcroît, je me sens particulièrement visé dans ma liberté de culte et d'expression.
Va-t-on vers une chasse aux sorcières, une de nuit de la St Barthélémy médiatique où les praticiens Reiki seront montrés du doigt  ? Je pense que la Déclaration des Droits de l'Homme garantissant la liberté de culte est mise à mal, du moins pour ceux qui pratiquent le Reiki en tant que voie de croissance spirituelle et il serait peut-être important de défendre cette liberté individuelle.

Existe-t-il en France une structure* de référence garantissant une certaine déontologie des praticiens et enseignants qui serait en mesure de nuancer le discours de ce reportage ? Même si le Reiki doit être avant tout une voie personnelle discrète, il me semble important non pas de lutter mais d'oeuvrer pour que le Reiki ne soit pas victime de son succès...

Christian D.

• Droit de réponse de Nita Mocanu que l'on voit dans le reportage.

• Le Tribunal Correctionnel juge que la chaîne M6 a commis une diffamation.

 

*Il existe un organisme auquel on peut adhérer, le CAP pour la Liberté de Conscience : Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction.

Retour Reiki Do France Accueil