Reiki : Souffle de Vie
 
Sauvez la planète à chaque clic !

Reiki Do Accueil
Quelques mots de bienvenue
Introduction et présentation générale du Reiki Usui
La descente de l'eau céleste
Repères historiques du Reiki
Inscription de la stèle commémorative d'Usui Sensei
Présentation du Reiki
par Mikao Usui Sensei
Les Cinq Préceptes du Reiki
Meiji Tenno Gyosei : les
poèmes de l'Empereur Meiji
Komyo Reiki :
le Reiki de la Claire-Lumière
La dimension spirituelle
du Reiki
Descriptif des stages et des différentes formations
Dates, lieux de stages & soirées d'échanges
La méditation :
voie de guérison, voie d'éveil
L'essence du Reiki : zazen shikantaza/mokusho zen
Les chakras,
centre de conscience et d'énergie
Les différentes positions de base et leurs effets
Réflexions, articles, interviews
Belles pages, beaux textes...
pour garder l'inspiration !

(m-à-j régulière de cette page)
Les livres de référence (découvrez un nouvel ouvrage !)
À propos de l'auteur
Contacts et coordonnées
Reiki et dérives sectaires

Urwn Paris 2005

Page de liens
Sites amis
Bannière d'échange Reikido
Annuaires 1
Annuaires 2

Présentation du Reiki Do par Patrice Gros

Présentation de l’enseignement spirituel et thérapeutique d'Usui Sensei

L'art secret d'inviter le bonheur grâce à de nombreuses bénédictions
Le médicament spirituel pour de nombreuses maladies

Mikao Usui Reiki
Portrait inédit de Mikao Usui paru dans le livre
de Frank Arjava Petter “Feu de Reiki” (Éditions Niando)

L'enseignement d'Usui est en premier lieu un chemin spirituel. La “méthode de guérison” n’est qu’un aspect secondaire.

Don Alexander

L'aspect inférieur du Reiki est le soin et son aspect supérieur est la croissance spirituelle ainsi que le mouvement vers l'illumination.

Tom Jacobs

La volonté originelle d'Usui Sensei était de guider les êtres humains sur le chemin du "anshin ritsumei" (l'éveil spirituel et la paix du coeur), et la porte d'entrée qu'il avait choisie était le "teate ryoho" (la thérapie manuelle).

Hiroshi Doi Sensei

 

La danse du toucher sacré

L’harmonisation Reiki (le soin) est une pratique pour se réaliser soi-même. Reconnaissez le traitement comme étant une pratique d’amour et d’harmonie. Le praticien Reiki a un rôle “d’ange de lumière” pour répandre la lumière de l’Univers sur la terre.

Hiroshi Doi Sensei

À l’origine, seulement cinq positions, principalement sur la tête, étaient pratiquées et enseignées par Usui sensei. Le soin s’effectuait à l’aide d’une seule main, la seconde était maintenue en l’air, les doigts rassemblés, comme si elle tenait un oeuf (excepté pour les tempes qui étaient traitées ensemble). Ces cinq positions étaient appliquées de 5 à 15 minutes environ.

Traitement :

(personne assise de préférence)

1 - Front (à la racine des cheveux) - Zento-bu
2 - Tempes - Sokuto-bu (les deux mains ensemble)
3 - Derrière supérieur de la tête (entre le sommet du crâne et le trou occipital) - Koutou-bu
4 - Bulbe rachidien (occiput/nuque) - Enzui-bu
5 - Sommet du crâne - Toucho-bu

position teate reiki

Tenez-vous en méditation près de la personne assise (ou allongée) à vos cotés. Souvenez-vous que guérir est une pratique spirituelle et méditative. Soyez donc continuellement conscients de ce que vous faites et ne permettez pas à vos pensées de vagabonder. Considérez ces cinq positions comme étant des gestes sacrés (mûdra) qui guérissent le corps et éveillent l’esprit. Chaque position sur le corps est appliquée d’une manière consciente et bienveillante, et cette pleine attention est accompagnée d’une absence totale d’attente ou d’espoir sur ce qui adviendra. C’est cela qui fait que la méthode d’Usui diffère de la plupart des autres arts de guérison par l’énergie.

Le traitement de zones spécifiques (voir le manuel de la méthode de soin "Reiki Ryoho Shishin") venait seulement après ces cinq positions et complétait le soin de base sur la tête, si approprié.

Comprenons que ce n’est pas tant ce que l’on fait avec ses mains qui, ici, est important, mais l’état d’esprit, c'est-à-dire la conscience juste et la motivation dans laquelle on se trouve en pratiquant (l’intention pure), où la pratique de la "Présence" (méditation) tient une place très importante. Souvenons-nous que Mikao Usui était bouddhiste et que, selon cette tradition, la pratique de “l’assise silencieuse immobile, qui unit le calme mental et la vision profonde” (zazen shikan taza), tient une place primordiale. Il en est de même dans le Reiki.

Dans l’enseignement spirituel du Reiki, il nous est demandé de considérer les positions de mains comme étant des gestes sacrés, véritables mudras, qui guérissent le corps et éveillent l’esprit.

Lors d'un traitement, vous devez être strict et avoir l'esprit pur, abandonner votre ego. Vous devrez être gentil avec le patient. Lorsque vous avez le temps, donnez des traitements les uns après les autres. Vous progresserez beaucoup.

Fumio Ogawa

 

Quelques conseils de pratique, selon Fumio Ogawa

- Le patient doit être dans une position confortable, allongé ou assis, de manière à ce qu’il se sente le plus à son aise possible. Ensuite commencez le traitement.

- Décidez avec quelle main vous allez traiter. Utilisez uniquement la main que vous avez choisie. Tenez l’autre main comme vous tiendriez un oeuf, pour charger le Reiki de la Mère Nature. Toutefois, pour les oreilles et les reins, qui vont par deux, utilisez les deux mains.

- Étendez la paume et posez-la exactement sur la zone affectée. N’appuyez pas la main sur le patient, mais frôlez-le à peine.

- Placez la deuxième phalange du majeur sur la zone affectée. Ne posez ni la main ni le bras à l’envers. Essayez de donner un traitement confortable.

- Traitez chaque partie pendant 15 minutes. Un traitement devrait être d'environ 1 heure au maximum. Traiter plus longtemps donne de bons résultats, mais sera moins efficace si un malade est fatigué ou se sent mal à la suite d'un soin. À la condition que le malade soit prêt à recevoir davantage de Reiki et que le guérisseur ne se fatigue pas, il est permis de faire un traitement plus long.

- Il faut que le soigneur et le soigné soient à l'aise. Si le guérisseur tombe dans la somnolence pendant le traitement, il peut s’arrêter un moment. Puis il recommence le traitement. Essayez d'éviter de parler de sujets sérieux.

- Garder la main posée sur la zone est préférable, mais sur une zone qui ne peut pas être touchée en raison d’une brûlure, d’une maladie de peau, ou d’un désagrément, il n’est pas utile de toucher directement la zone. Le Reiki passe à travers n'importe quoi ; poser la main sur les vêtements ou une couverture est tout aussi efficace.

Comme je l'ai exprimé dans la page de bienvenue, nous ne sommes pas des guérisseurs. C'est la personne soignée qui s'auto-guérit elle-même. En tant que praticiens, nous agissons comme un catalyseur. Nous apportons à l'être soigné l'Énergie dont son intelligence corporelle et spirituelle se servira, par phénomène de résonance, pour retrouver l'équilibre et la santé.

À mon avis, quiconque prétend être capable de guérir les autres est ignorant, arrogant, dans l'erreur ou dans l'illusion. Nous ne faisons rien d'autre que fournir l'énergie résonante qui permet aux autres de se guérir.

Pour moi, celui qui prétend qu'il peut vous guérir ne comprend pas le mécanisme de la guérison. La personne qui effectue le travail thérapeutique est là pour créer l'environnement qui favorisera la guérison, ni plus ni moins.

Personne ne peut vraiment guérir quelqu'un. La personne qui a besoin de guérir est le guérisseur. Le praticien ne fait que maintenir une résonance qui permet à la guérison de se produire.

Richard Gordon (fondateur du Quantum Touch)

Quelqu’un qui pense qu’il guérit quelqu’un d’autre avec «son» énergie s’approprie à tort la paternité d’une énergie qui, loin d’être «sienne», est au contraire universelle. Un guérisseur plus conscient ne va pas utiliser l’énergie mais se rendre disponible afin de la laisser s’écouler à travers lui et à travers ses mains vers autrui.

Marie-Andrée Delhamende

Symboles et chant des jumons (les mantras spirituels du Reiki)

Le mot mantra est composé de “man”, dérivé du mot “manas”, la pensée, quelquefois conçue comme pensée sacrée, et de “tra”, suffixe signifiant “remplir” et impliquant que le récitant a, pendant l’exercice, son mental uniquement rempli de la présence et de la force du mantra.

Michel Coquet (Budo Ésotérique, Édit. L’or du Temps)

Toute la connaissance nécessaire surgira par la répétition mentale du mantra. De nombreux sages ont atteint la plus haute des connaissances par la grâce du seul mantra. Le mantra devrait être synchronisé au souffle vital. Quand le souffle vital quitte le corps, celui-ci est alors, déclaré mort. La répétition du mantra doit devenir spontanée et non forcée.
Le mantra et le Soi sont une seule et même chose. Le mantra réveille le Soi qui réside endormi en nous. Il n'a rien à voir avec le corps. Un pratiquant doit seulement prêter attention à deux choses : le mantra et le Soi, rien d'autre.

Nisargadatta Maharaj


Les jumons (terme originel que Mikao Usui semblait avoir utilisé) sont au Japon ce que les mantras sont en Inde.

Selon la tradition du bouddhisme ésotérique japonais, concernant la pratique de mantras (jumon, shingon), on peut faire vibrer le son à voix haute (on appelle cela “l’écho de la montagne”), à voix basse (le “bourdonnement de la ruche d’abeilles”), de façon seulement audible par le pratiquant (la “récitation du lotus”), intérieurement, seule la langue récite doucement le mantra (la “récitation du prâna”), ou même mentalement (la “récitation du samadhi ou du vajra”). Il y a enfin la récitation dite “lumineuse”, qui combine l’un des types ci-dessus avec le fait de visualiser de la lumière qui jaillit du mantra et s’écoule dans la bouche. Un des points importants est de lier les sons entre eux et de porter en même temps son attention entre ses deux oreilles et de prendre conscience de la vibration interne. En fin de compte, les jumons, les mantras ou les kotodamas sont davantage répétés avec le corps et le coeur qu’avec le mental ou l’esprit conceptuel.

La pratique des mantras purifie le coeur et les énergies subtiles de l'être, ce qui développe la vision intérieure et l'intuition spirituelle.

Rev. Yukaï

Tendo
Tendo : la Voie du Ciel

 

Pureté de la transmission : Non-agir (tenshin), intention véritable (honshin) et conscience claire (shonen)

Ce qui compte n’est pas la grandeur de l’acte ou la façon dont les choses vont apparaître, mais la motivation, bonne ou mauvaise, qui est derrière.

Sogyal Rinpoché

Les praticiens et les enseignants actuels devraient posséder au moins trois qualités essentielles : la motivation juste (l’intention pure), une source de transmission correcte (une lignée initiatique inaltérée conservant, si possible, l’initiation originale d’Usui, le reiju), ainsi qu’à la fois une profonde expérience dans la pratique des soins par le Reiki et celle de la méditation assise (za-zen). Mais l’intention, aussi élevée soit-elle, peut ne pas être suffisante dans notre discipline. Il faut être aussi relié à une lignée authentique, exempte de déviations. Sur la base de celle-ci, l’expérience, ensuite, donnera toute sa valeur au praticien.

L’enseignement du Reiki repose donc principalement sur cinq points essentiels :

- La transmission du reiju qui est offerte aussi souvent que possible aux étudiants, et qui représente une bénédiction pour l’esprit.

- L’application des Cinq Préceptes dans sa vie quotidienne :

Juste aujourd’hui,
Ne te mets pas en colère
Ne sois pas soucieux
Sois reconnaissant
Sois diligent à ton travail
Sois bienveillant envers les autres


- L’auto-guérison, c’est-à-dire la pratique de l’auto traitement (les soins portés à soi-même).

- L’application de méditations spécifiques, comme gasshô meiso, kenyoku ho, josshin kokyu ho, hatsureiho, zazen shikan taza, permettant de développer le canal de guérison du Reiki, de purifier son corps énergétique et de progresser spirituellement.

- La pratique des symboles et des mantras, considérés comme des archétypes de qualités spirituelles.

Notamment, la méditation hatsureiho représente l’essence et le coeur même du Reiki.

Ce dont nous prenons conscience à travers l’enseignement du Reiki japonais, c’est qu’il est une authentique pratique spirituelle et d’éveil, où prédomine l’esprit plus qu’une forme thérapeutique simple.

 

Le point clé du Reiki : l’intention (shoshin) et la motivation pure (hon'ne) - donner un sens à sa pratique

L’aspect inférieur du Reiki est le soin et son aspect supérieur est la croissance spirituelle et le mouvement vers l’illumination.

Tom Jacobs

Quelque que soit la pratique, le plus important est l'intention, la motivation. Selon le sens profond que lui donne la tradition tibétaine, la motivation est "ce qui donne naissance à toute chose".
Ainsi, puissé-je, à travers la pratique spirituelle du Reiki, purifier mes voiles émotionnels, m’éveiller véritablement et amener ainsi tous les êtres à la libération.
Concernant notre motivation, prenons à coeur les paroles si inspirantes de Sogyal Rinpoché concernant le but - la dédicace - à donner à notre pratique :
Souvenez-vous du pouvoir et du bénéfice de la dédicace, et priez avec une réelle ferveur “je dédie toutes les actions positives du passé, du présent et du futur pour qu’elles deviennent la cause de l’éveil de tous les êtres”.
À un niveau plus immédiat, dédiez votre pratique pour la paix dans le monde, afin que chacun soit entièrement libéré de la maladie, et trouve un bien-être total et un bonheur durable.

Cela est profondément relié à l’attitude interne que l’on doit développer dans notre pratique du Reiki.

 

Attitude (posture) juste (shisei) et conscience claire (shonen)

gassho Reiki © Patrice Gros
© Patrice Gros/Éditions du Rocher

Surprenant et insolite : si vous regardez ce dessin à une certaine distance, vous verrez alors apparaître
l'image de la Sainte Mère (ou Kuan Yin - expression de l'amour universel),
les mains jointes elles aussi face à son coeur, rayonnante de grâce...

Avant de commencer, pensez : “Je vais prier et méditer (...) afin de soulager les souffrances et les confusions de tous les êtres.” Le bouddhisme considère en effet que si l’on commence la méditation avec l’intention de pratiquer pour le bonheur et l’éveil d’un nombre infini d’êtres, son pouvoir est multiplié. L’effet de votre pratique sera donc grandement accru et, sans se limiter à vous-même, votre méditation bénéficiera également à de nombreuses personnes.

Tulku Thondup

Quel est le but du Reiki… Celui de guérir ? Bien, si c'est alors le cas, que signifie donc "guérir"?
En fait, ce n'est pas tant que "j'ai" cette intention de guérir, mais que je SUIS cette intention...

Don Alexander

Tout notre travail consiste à développer notre attitude/posture intérieure et à trouver l’intention et la motivation justes. Celles-ci s’expriment notamment par le non-agir, l’impartialité (égalité) ou l’équanimité attentives, l’absence d’attente et d'attachement, un état de transparence et de non-intervention, mais aussi de présence, d’attention vigilante et de pleine conscience. Le point essentiel est de ne pas désirer la guérison pour l’autre, mais de devenir et d’actualiser en son coeur cette Intention. Quand l’intention est juste alors, naturellement, l’action devient pure. L’intention consiste à se mettre en résonance avec celle de l’énergie universelle du Reiki !
Don Alexander nous raconta qu’il reçut, suite à une retraite qu'il venait d'animer, un appel téléphonique d’un des participants qui lui demanda sans détour : "Don, pratiques-tu le Reiki, ou ES TU le Reiki ?" Puis, cette personne raccrocha immédiatement, sans attendre de réponse ! Cette interrogation accompagne désormais chacune de ses pratiques de Reiki.
On pourrait définir aussi l’intention comme notre aptitude à demeurer, avec clarté et non distraction, dans l’instant présent. L’intention véritable doit ainsi s’élever de l’espace de l’attention. C’est pourquoi, en un sens, intention rime avec attention. En japonais, un des mots pour intention est nen, ce qui signifie littéralement “le coeur/esprit établit dans l’instant présent”.

L’intention est la conscience claire dans un moment présent de notre connexion au Tout, lorsque nous effectuons un soin Reiki par les mains ou à distance. Cette conscience claire va au-delà de nos perceptions habituelles et du monde ordinaire. C’est une connaissance qui opère en dehors du fonctionnement mental. Là où y a la conscience claire du moment présent (l’intention), on accède à la Complétude et l’énergie de guérison coule. Une personne dans l’état d’attention (pleine conscience dans le moment présent) peut accéder à la Complétude des sujets animés comme inanimés.

Tom Jacobs

Souvenons-nous que l’on ne pratique pas “pour” quelque chose de précis, mais simplement en vue de l'éveil et du plus grand bonheur de la personne soignée, sans désir, ni attente, ni but, ni esprit de profit (mushotuku), dans un état de neutralité bienveillante (équanimité). C’est pour cette raison que nous joignons les mains dans la posture (l’attitude) du gasshô avant et après un soin.

Enfin, sachez que toutes les méthodes enseignées au sein du Reiki sont le prolongement, l’expression ainsi que le rayonnement de l’esprit de la méditation et de l’attitude du gasshô. Tant que l’on n’aura pas maîtrisé gasshô ainsi que l’assise méditative silencieuse, on ne pourra pas être un expert dans l’application de ces méthodes, et notre pratique ne deviendra jamais un art véritable. On deviendra un véritable expert seulement quand on aura dépassé l’ego et dissout la notion du soi. Le mûdra du gasshô aide en grande partie à réaliser cela. Demeurer, même un court un instant, en méditation avant un soin permet non seulement de rétablir le calme et la clarté en soi, mais de dissoudre l’ignorance, les projections et les vues fausses, ainsi que les émotions conflictuelles de colère, d’aversion, de désir et d’attachement, envers la personne soignée. Méditer et adopter le geste du gasshô amène un profond lâcher-prise, une ouverture inouïe, une confiance totale ainsi qu’un espace merveilleux à notre pratique.


Esprit du geste (zanshin)

Gasshô nous ouvre ainsi à l’esprit du geste (zanshin), c’est à dire, selon le maître zen Taisen Deshimaru : “l’esprit qui demeure, sans s’attacher, et reste vigilant, attentif à l’instant présent et à celui qui le suit... Juste attentif à ce qui se passe, ici et maintenant.” Il nous faut donc maintenir la conscience du geste, le fait d’être présent à ce que l’on fait, et ainsi retrouver le sens du sacré à travers notre toucher.
Gasshô est une invitation à vider l’esprit (mu shin) afin que l’action soit juste, parfaite, adaptée et en accord avec la situation ainsi qu'avec la personne traitée. Gasshô nous amène à réaliser le non-soi, afin que le Soi véritable se manifeste...

Gassho

Gasshô
extrait de l'ouvrage "Avec le Bouddha" de Matsumoto Jitsudo - Guy Trédaniel Éditeur


Gasshô facilite l’instrospection, le recueillement ainsi que la contemplation intérieure. Don Alexander rajoutait qu’il aidait à lâcher la notion et la saisie du soi (l'ego) comme étant une entité séparée.

Faire gasshô, c’est exprimer l’humilité, l’offrande, le respect et l'harmonie, l’unité totale de l’esprit-corps, la communion intime avec tous les êtres sensibles, au-delà de toutes les séparations et les différences.
La posture de gasshô : La main gauche et la main droite sont jointes, paume contre paume. Le mot gasshô signifie littéralement “placer les deux paumes ensemble”. Les doigts sont joints y compris les pouces. Les coudes sont écartés du corps et les avant-bras horizontaux et parallèles au sol. Les épaules sont détendues. Les mains sont placées devant le visage, à la hauteur du menton. Les yeux mi-clos regardant le bout des doigts. Gasshô n'est pas seulement une posture des mains mais du corps tout entier.

Roland Yuno Rech

 

Asseyez-vous en silence chaque matin et chaque soir, avec vos mains jointes placées en position de gasshô. Suivez les grands principes, et soyez tranquille. Méditez en votre coeur et faites les choses à partir de l’espace tranquille à l’intérieur de vous-même. N’importe qui peut accéder au Reiki parce qu’il commence à l’intérieur de soi.

Extrait tiré de l’inscription de la stèle commémorative d’Usui Sensei.

 

Ce geste symbolise l’abandon de l’ego. Qu’est-ce que l’abandon de l’ego ? S’immerger dans la la Source d’où il est né. Ce n’est pas le geste extérieur qui compte, mais la présence ou l’absence de l’individualité.

Ramana Maharshi

 

 

 Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

© Patrice Gros

Pour tous renseignements et informations :

Reiki Do