Symboles et arrière-plan spirituel du Reiki

Source : Sacred Calligraphy of the East, John Stevens, Shambhala


Dans le Reiki, on utilise des formes (symboles) et des sons (mantras/kotodamas) comme catalyseurs afin de rentrer en résonance avec l’énergie d’une dimension supérieure.

Hiroshi Doï

Depuis la découverte jusqu’à l’expérience spirituelle de Mikao Usui, nous savons que les différents symboles traditionnels du Reiki transmis Chujiro Hayashi appartiennent à l’héritage sacré de l’Inde. Afin de préserver leurs patrimoines spirituels, les sages de ce pays avaient composé une langue sacrée, un alphabet mystique, qui porte le nom de siddham. Celui-ci est composé de différentes lettres sanskrites, les bîjas-mantras, dont la calligraphie visualisée en esprit, devient un “symbole” vivant.

Le terme de bîja : “semence”, “germe”, donné à ces lettres sanskrites est très évocateur du rôle qui leur est attribué dans le Bouddhisme ésotérique. Les bîjas sont les sons éternels, non créés, antérieurs à toute création ou manifestation terrestre.1

Au sein de la tradition tantrique bouddhiste, qu’elle soit japonaise ou tibétaine, on se relie à ces différents symboles pour opérer initialement des changements dans l’esprit, pour éveiller sa conscience et éclaircir sa vision spirituelle.

C’est le maniement des symboles qui va nous permettre de quitter le plan rationnel et d’atteindre une nouvelle profondeur de conscience... Les symboles utilisés dans le Bouddhisme ésotérique détiennent un pouvoir quasi magique qui va faire retentir notre être tout entier, le conduire à une transformation en profondeur et lui permettre de sauter du plan rationnel au plan situé au-dessus.2

Les symboles du Reiki offrent aux praticiens une perspective nouvelle de la réalité des êtres et de l’univers. Ils invitent chacun à changer sa représentation du monde, à passer d’une perception erronée à une perception pure, que l’on appelle “vision sacrée” dans les enseignements bouddhistes tantriques. Il s’agit de percevoir les phénomènes, ainsi que tous les êtres, du point de vue de leur pureté inhérente.
Le Reiki est donc basé sur la pratique et la philosophie des tantras, et cela nous est clairement exprimé et démontré par l’usage des différents symboles du Deuxième degré. Le tantra est considéré comme la voie de la transformation, car on transforme les apparences illusoires en sagesse. On convertit la vision fallacieuse que l’on a de soi, des êtres et de l’univers, en une vision totalement pure et sacrée. Par exemple, nous ne nous considérons plus sous notre aspect ordinaire et limité, mais nous nous révélons en fait comme des “êtres parfaits”, ou des bouddhas ! Pour arriver à cela, nous mettons en oeuvre des moyens habiles, comme la visualisation de mandalas, véritable représentation extérieure de notre univers intérieur. Ou encore, nous pratiquons la visualisation des différentes déités de méditation (les différents bouddhas et bodhisattvas), étant eux-mêmes une expression de notre nature illuminée, ainsi que la récitation de mantras, c’est-à-dire l’énergie de l’éveil sous forme de sons. Concrètement, de même que nous n’avons pas encore la capacité de nous voir réellement comme des “bouddhas”, et comme nous n’avons pas trouvé cet éveil à l’intérieur même de notre esprit alors, nous méditons sur la représentation d’un bouddha à l’extérieur de nous. Nous considérons que ce “bouddha extérieur” n’est en rien séparé de nous-même. Une telle pratique sert ainsi de miroir afin de révéler la pureté originelle et la perfection spontanée, ou nature de bouddha, en chacun de nous.

 

Prière au Sonten de Kuramayama


Si, pour beaucoup d’entre nous, il est difficile de maintenir la contemplation d’un mandala très complexe (simplement parce que cela ne fait pas partie de notre culture spirituelle), nous pouvons alors essentialiser cette pratique à l’aide de la visualisation d’une forme symbolique d’un bouddha (la déité), véritable archétype de notre nature éveillée. Il est essentiel pour nous de savoir que celle-ci peut être aussi réduite à sa plus simple expression et prendre alors la forme d’un “symbole” que l’on appelle “syllabe germe”, ou bîja, en sanskrit. Comprenons, là aussi, que notre nature véritable est de même essence que ce symbole, qui en est une représentation extériorisée. Celui-ci est perçu comme l’expression des qualités inhérentes à l’esprit. D’où l’intérêt que le Reiki leur porte afin d’opérer une plus grande transformation, non seulement du corps, mais aussi de l'âme et de la conscience, et en fait de toutes les dimensions de l’être, constituant cette guérison holistique que nous recherchons tous. Il y a dans le Reiki un message d’espoir formidable, c’est que nous sommes en soi guérissables ! Si nous le sommes, c’est qu’il y a en chacun de nous ce potentiel de guérison. Le but du Reiki, à travers ses différentes pratiques et notamment par l’usage des symboles sacrés, est de faire s’élever et accroître l’état de santé/sainteté fondamental, ainsi que les germes d'équilibre et d’harmonie originels. Au sein de la tradition bouddhiste tantrique, les différents symboles comme les mandalas, les déités de méditation, les mantras et les syllabes sacrés sont utilisés comme support de contemplation de l’esprit, afin de découvrir sa véritable essence, l’éveil (ou nature divine) en soi. C’est pourquoi, dans le système d’Hayashi, les symboles du Reiki sont donnés pour la découverte de sa vraie nature.

Plus que de considérer les différents symboles du Reiki comme séparés de nous, nous devons au contraire ressentir le lien intime qui existe entre ceux-ci et la nature fondamentale de notre esprit. Plus que de les visualiser comme extérieurs à soi, nous devrions nous identifier à eux, et les devenir véritablement, afin de découvrir nos germes d’éveil spirituel, source de toutes les guérisons !

Dans les tantras, nous concentrons notre attention sur une image archétype et nous nous identifions à cette forme subtile afin de réveiller les aspects les plus intimes, les plus profonds de notre être pour les attirer dans notre réalité actuelle.

Lama Thoupten Yéshé


1 : “Le Bouddha Secret du Trantrisme Japonais”, Pierre Rambach, Éditions Skira.
2 : “Le Bouddha Secret du Trantrisme Japonais”, Pierre Rambach, Éditions Skira.

 Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

© Patrice Gros

Retour Reiki Do France Accueil