Le Reiki Hekikuu de Kenji Hamamoto

Originaire de Sapporo, au Japon, Kenji Hamamoto a vécu un temps à Brasilia (Brésil) avant de s’installer en Corée du Sud où il réside actuellement. Depuis 2002, il pratique et enseigne en toute discrétion ce qu’il a désigné récemment comme étant le Reiki Hekikuu - c'est-à-dire sa compréhension et expression personnelles de cet art thérapeutique, fruit de presque vingt ans de pratique.
 
L'art du Reiki favorise une nouvelle intensité de vie. Pour ceux que la maladie touche, il permet de recouvrer la santé. Pour ceux qui sont en bonne santé, il permet d’affiner l’esprit, les émotions et le corps ; de calmer l’âme, de clarifier les processus mentaux et les facultés de perception ; d'aider à réveiller et épanouir la créativité inhibée ; de révéler des aperçus de notre nature essentielle.

Grâce au Reiki, nous pouvons libérer des émotions refoulées en profondeur. Nous pouvons dissoudre et transformer ces schémas, les transmuter, leur donner une orientation différente ainsi que de nouvelles formes d'expressions.

Le Reiki Hekikuu (Hekikuu pouvant se traduire par « ciel d’azur ») accorde une large place à des éléments de spiritualité populaire japonaise. Ainsi, il intègre de façon tout à fait naturelle la croyance aux kamis et il peut être amené à considérer le rôle d’ancêtres et d’entités non corporelles dans le déclenchement de maladies et de mal-être. C’est pourquoi, avant même de traiter un patient dans le contexte du Reiki Hekikuu, il n’est pas rare d’offrir des traitements à l’ancêtre ou à l’esprit que l’on reconnaît être associé à la condition actuelle.

Le Reiki Hekikuu n'est pas une mise en résonance avec une énergie Reiki différente. En fait, le Reiki n’est énergie que dans la mesure où toute chose est énergie : vos pensées, une fleur, la lune... Le Reiki est un pouvoir de l’esprit humain et de son âme. Il est la force, la faculté, qui permet d’agir sur le flot d’énergie (vitale) qui transforme et guérit.

Le Reiki Hekikuu ne prétend pas être le Reiki identique à celui enseigné par Usui-sensei. Ce n’est pas pour autant qu’il enseigne les chakras, le travail à partir de cristaux et autres ajouts "new age". Il enseigne plutôt une démarche de guérison et de transformation personnelle/sociale dans le sens où les pratiques spirituelles japonaises traditionnelles l’entendent. Il s’agit d’un : « Reiki de l’Esprit, du Coeur, du Corps. »

En premier, on doit cultiver la pleine conscience (vigilance). Pour manifester et laisser se répandre le Reiki, on doit rassembler et purifier l’esprit : il faut se débarrasser de tout sentiment d’avidité, de rancune, de vengeance, de colère, d’inquiétude, de doute... Le fait de recevoir et de donner du Reiki est indissociable de sa propre purification spirituelle - l'expérience de recevoir et de donner du Reiki augmente sa propre purification spirituelle et travailler à sa propre purification spirituelle intensifie son habilité à donner du Reiki.

Même si le Reiki Hekikuu ne revendique aucune attache bouddhiste particulière, ceux qui le pratiquent ont recours, pour se centrer, à ce que l’on pourrait désigner comme une version laïque du chapelet de prières bouddhiste (nenju). Ce « nenju Reiki» (à défaut d’une meilleure appellation) regroupe 55 petites perles. Lors d’un soin, il est porté autour de la main et, à l’instar de son homologue religieux, il est censé protéger celui qui le porte (certainement à cause de son exposition permanente au Reiki).

Le Reiki Hekikuu n’enseigne pas de symboles supplémentaires. On retrouve les trois symboles de base du niveau deux qui s’utilisent pour les soins. Toutefois, le troisième symbole n’y est pas enseigné comme étant le symbole des soins à distance mais plutôt comme un symbole relevant des facultés mentales. Le quatrième symbole de base est présenté au niveau trois (bien qu’il soit connu comme 'quatrième symbole', dans le Reiki Hekikuu il est doté de trois niveaux, d'une signification subtile et peu courante).

Reconnaissant l'importance profonde d'un contact physique entre l'enseignant et l'élève, le Reiki Hekikuu ne pratique pas des « initiations à distance ».
Pour accompagner efficacement l’élève dans sa prise de contact avec le Reiki, l’enseignant doit être physiquement présent car il doit pouvoir voir les signes physiologiques que le processus met en place et recevoir un retour énergétique concret. Il ne serait pas honnête envers l’élève de simplement élever les mains à distance, encaisser l’argent et espérer.

Bien que la volonté d’Usui-sama fût de partager sa méthode Reiki de guérison, d’enseigner et de transmettre à tous la faculté de guérir grâce au Reiki-Usui, il est évident qu’il n’avait pas pour objectif de dévoiler systématiquement la totalité de sa méthode. Chacun recevait l’enseignement Shoden (premier degré) mais seuls ceux qui s'en montraient dignes étaient autorisés à poursuivre jusqu’au niveau Okuden (deuxième degré). Quant à ceux qui étaient aptes à recevoir les Enseignements du Mystère (shinpiden - troisième degré), ils étaient encore moins nombreux. Aujourd’hui, on a l’impression que tout le monde veut devenir un « maître » sans même avoir pris le temps de dépasser l'aspect superficiel, ou sans avoir entr'aperçu les profondeurs et les potentialités du Shoden.

Ma vision du Reiki Hekikuu est de promouvoir et de soutenir des praticiens et des thérapeutes habiles, expérimentés et efficaces. Je ne cherche pas à créer un nouveau créneau commercial pour vendeurs de «stages new age » à travers le monde.

© Reikido - Un grand merci à Alice Falgade - traductrice professionnelle, pour son aide concernant l'adaptation de ce texte en français.

ReikiDo