Reiki et géobiologie

Ainsi, par une pratique régulière du Reiki, je traite la couche d’ozone de mes peurs. Je réduis la fumée de mes colères. Je gère et recycle mes propres déchets émotionnels. Je purifie l’air de mes soucis. Je nettoie la plage de mes conflits et la mer de mon ignorance. Je transmute les épluchures de mes illusions en une claire sagesse. Je convertis mes pensées névrotiques en compost et en fumure, afin de faire pousser de bons et beaux fruits, les fruits de la “com-passion”, que je pourrai alors offrir au monde... Reiki bien ordonné commence par soi-même !

 

L’importance de l’auto-traitement : Aide toi, et le Reiki t’aidera !

Dans le Premier degré, on se donne du temps, de l’espace et on prend soin de soi, de la violence dans son monde et, donc, de la violence dans le monde. Loin d’ignorer sa souffrance, on la rencontre, on la reconnaît et on en prend soin. On écoute ce qui est blessé en soi. On ne porte pas de jugement, en termes de bien ou de mal. On s’ouvre à celui qui, à l’intérieur de son être, est triste, malheureux, peiné. On lui donne l’amour-compassion, l’amour-tendresse et la compréhension nécessaire à sa transformation et à sa guérison. On revient à soi, dans sa condition présente, sans se fuir, sans s’ignorer. Toucher ainsi en profondeur celui que l’on est dans l’instant revient à toucher son passé de souffrance et à libérer toutes les mémoires ainsi que les conditionnements les plus profonds. Cela transformera non seulement le passé et le présent, mais sera les causes d’un épanouissement futur…

En ce sens, la bienveillance que nous pouvons manifester à notre propre égard constitue sans aucun doute l’une des premières conditions de la guérison du cœur.

Guy Corneau - La guérison du coeur

Le Reiki demande de reconnaître sa souffrance, de la voir sagement, dans le silence, sans condamnation, jusqu’au point de l’accueillir.

Lorsque je travaille avec des gens en atelier, je leur demande d’entrée de jeu de fermer les yeux et d’observer les tensions qui existent en eux aux niveaux physique et psychologique. Je leur demande d’accueillir tout ce qu’ils observent, sans jugement et sans exigence de cohérence, pour autant que cela leur est possible, bien entendu. Je leur demande de constater ce qui est avec gentillesse, bienveillance, sans être tragiques.
Il faut dans un premier temps se mettre à l’écoute. La qualité de cette écoute compte énormément. Plus elle sera respectueuse et attentive, plus les tensions intérieures livreront leurs secrets facilement.
Si nous en arrivons à une écoute bienveillante, attentive et respectueuse, nous avons gagné le pari de l’intimité avec soi.

Guy Corneau - La guérison du coeur


On devrait continuellement privilégier le soin par les mains. Ce travail s’effectue donc au niveau de son corps, c-a-d la dimension matérielle de l’être. Certains ont du mal d’ailleurs à accepter leur condition physique. La pratique sur soi-même permet de mieux s’accueillir, se respecter et de développer davantage de reconnaissance et d’acceptation envers son aspect corporel, considéré dans la tradition bouddhiste comme le “mandala de l’éveil”.

Vous pouvez essayer de toucher les différentes parties de votre corps pour en faire connaissance. Touchez chaque partie avec un soin affectueux. Pendant quelques dizaines d’années, avec dévouement et fidélité, vos pieds, vos yeux, votre cœur ont accompli leur tâche avec vous et pour vous, mais vous ne leur avez jamais accordé grande attention ou exprimé votre gratitude. Établir une relation intime avec votre corps est nécessaire.

Thich Nhat Hanh

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

© Patrice Gros

 

Retour Reiki Do